Une bouteille de Schoenenbourg, vin issu d'une parcelle en complantation

La complantation : une pratique séculaire au service du terroir

La complantation remonte au moins à l’Antiquité. On retrouve en effet des preuves de terrains complantés dès l’Antiquité grecque. Mais qu’est-ce que la complantation ? Il s’agit d’une pratique qui consiste à cultiver plusieurs types de plantes sur un même terrain. Dans la Grèce Antique, on retrouvait des parcelles de vignes ou d’oliviers au milieu desquelles pouvaient être cultivés des céréales ou des légumineuses. Appliquée à la viticulture, la complantation consiste à cultiver plusieurs variétés de raisins, soit plusieurs cépages, sur une même parcelle.

Quelles différences entre la complantation et l’assemblage ?

La complantation diffère de l’assemblage à plusieurs titres :

  • dans le cadre de la complantation, les raisins sont tous vendangés au même moment, quels que soient les cépages,
  • les raisins sont ensuite vinifiés ensemble. Les vins d’assemblage sont issus de cépages qui sont vinifiés indépendamment les uns des autres. L’assemblage peut se faire à l’issue de la vinification ou à l’issue de l’élevage.

Quels enjeux pour la complantation en Alsace ?

La crise du phylloxera à la fin du XIXème et les deux Guerres Mondiales ont anéanti le vignoble alsacien. Dans les années 50, les vignerons alsaciens ont dû reconstruire le vignoble. Ils ont également dû rebâtir la réputation des vins d’Alsace. Bénéficiant de la création de l’AOC Alsace en 1962, ils ont alors choisi de capitaliser sur les noms des cépages pour différencier les vins d’Alsace sur le marché. Dès lors, les vins d’Alsace sont généralement considérés comme étant des vins monocépages. Il s’agit-là d’une véritable particularité par rapport aux autres régions viticoles françaises. Mais pour certains vignerons alsaciens, cette particularité fait du tort à l’Alsace car l’identité des terroirs s’efface face au diktat des cépages.

C’est là que la complantation trouve tout son sens. Cette pratique, aujourd’hui confidentielle, vise à faire ressortir au travers des vins toute la richesse et tout le caractère du terroir. Les viticulteurs alsaciens sont très peu nombreux à adhérer à la complantation mais certains militent, au contraire, pour sa réhabilitation. C’est le cas par exemple de Jean-Michel Deiss, actuel gérant charismatique du Domaine Marcel Deiss.

Vinetik Alsace vous invite à découvrir ces vins d’exception issus de la complantation. Appréciez par vous-même toute la complexité d’un Altenberg de Bergheim, d’un Schoenenbourg ou encore du non moins célèbre Mambourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *